CLOSE
FIND A HILLSONG CHURCH NEAR YOU
GO
It looks like location services are turned off. Enable location services in your settings to use your current location, or type your address in the search bar.
Back to search
List view
Map
NEW VENUE
Gathering Online
Service Times and Information
Free Parking
Close To Public Transport
Wheelchair Accessible
Parents Room
VISIT CAMPUS WEBSITE

Un si bon souvenir

Apr 3 2020

Comment transformer le confinement

Il y a plusieurs années, de retour de vacances, le porte-monnaie à plat et la voiture chargée à fond (pourquoi le coffre est-il toujours si désorganisé aux retours ? Probablement pas très motivés de reprendre le travail dès le lendemain…) nous roulons tranquillement bercés par la musique. Nos trois jeunes enfants ceinturés sur leur siège arrière s’occupent pour passer le temps. Le soleil déclinant de l’après-midi incite à la rêverie. Tout à coup, une explosion interrompt brutalement le ronronnement du moteur et un panache de fumée noire s’échappe soudainement du capot. Panique à l’intérieur. Arrêt d’urgence sur le bas-côté, regards consternés… Les soucis commencent pour papa-maman. Bienvenu dans le club des parents !

Pourtant, si nous les adultes nous gardons en mémoire la déroute, le stress, l’impro totale, les enfants quant à eux ont littéralement « kiffé » cet épisode qui leur a laissé un si bon souvenir !

Eux se rappellent que, faute de place dans ce tout petit motel trouvé au milieu de la campagne, nous avons dû nous serrer et dormir tous les cinq dans un grand lit (trop cooool quand on est petit !). Eux se rappellent la méga bataille d’oreiller qu’on a faite avec eux, la cabine de ce camion qui nous a pris en stop, les soubresauts incroyables qu’il faisait sur le chemin de terre, l’araignée « spectaculaire » observée ensemble dans une vitrine, les frites qu’on mange avec les doigts, cette glace au parfum surprenant, la « ballade » improvisée dans les vignes au soleil couchant, et ces histoires d’animaux sauvages racontées pour amener un brin de frisson… tandis qu’à leur insu, on se démenait pour faire face aux problèmes qui s’accumulaient.

Aujourd’hui, un virus invisible et silencieux interrompt brutalement notre train-train quotidien, amène de la désorganisation, de l’inquiétude, son lot de soucis et d’improvisation. Un gros « bang » dans nos plannings millimétrés à l’équilibre si fragile. Il faut parer au plus urgent, revoir ses priorités, se relayer, relever ce défi quasi-impossible de télétravailler tout en gérant parfois de très jeunes enfants…

Plutôt que de reporter nos incertitudes et frustrations sur eux, et si chacun décidait de transformer cet épisode anxiogène en « meilleur souvenir » pour ses enfants ?

Improviser une tente igloo au milieu du séjour avec une housse de couette ? Choisir ensemble un fauteuil qu’on revêt d’une couverture rouge et lui décerner le titre pompeux de « trône à câlin » ?(Dès qu’un enfant s’y assiéra, le parent qui passera comprendra le message…) 

Et que faire de leurs besoins de motricité quand on est confiné ? Construire un labyrinthe de chaises, une séance de gym en famille sur le tapis du salon, un concours de danse sur une musique entrainante (pousser les meubles, le gagnant est celui qui dansera non-stop pendant 15 min), un atelier « louange » avec des instruments les plus improbables, mettre un matelas au sol et le transformer en tatami…

Puis atelier « préparation du repas » en commun, école à la maison pour les plus grands et sieste ou collier de nouilles pour les petits… Vous pouvez saisir cette opportunité pour leur parler de Dieu au travers de chaque activité : géographie, cuisine, danse, mathématiques (mais oui !). Raconter comment Il a construit le monde, orchestré la danse des étoiles dans le ciel, comment Il répond à vos prières, la dernière chose qu’Il vous a enseigné… Un impact sur eux 24 h/24h, vous imaginez l’empreinte que cela peut leur laisser ?

Concrètement comment faire ?

  1. Déposons nos soucis et préoccupations au pied de la croix. Déchargeons-nous sur l’épaule de notre Père. Pas sur nos enfants.
  2. Sollicitons Ses ressources infinies (en termes de créativité, n’est-Il pas le champion ?) De quoi ai-je besoin ?
  3. Écoutons et discernons les stratégies que va nous suggérer le Saint-Esprit en réponse à nos difficultés.
  4. La fatigue étant l’ennemi n°1 de tout parent, c’est le moment de faire du tri dans tout ce qui nous accapare. De redéfinir ses véritables priorités, d’être centré sur l’essentiel.
  5. Échangeons entre conjoints pour bien planifier chaque journée (impératifs, relais, répartition…) selon la charge de chacun, en prenant en compte les besoins des enfants.

Ensuite, pourquoi ne pas partager avec les autres parents les ressources et bonnes idées qui ont fonctionné ? (Pour ça, vive les réseaux sociaux !)

Au travers des multiples défis que nous rencontrons, la responsabilité de parent est parfois lourde à porter. Mais quelques soient les circonstances, si nous permettons à Dieu de nous étirer, alors par amour pour nos enfants nous ferons grandir en nous la patience. Nous apprendrons à lâcher-prise. Nous développerons l’art de nous adapter à l’imprévu (probablement que tous les parents ont quantité d’anecdotes cocasses à raconter à ce propos).

Car il ne s’agit pas seulement de veiller à ce qu’ils se lavent soigneusement les mains… Protégeons avant tout émotionnellement nos enfants ! Pour cela, n’oublions pas que le choix de notre attitude intérieure peut transformer ces moments difficiles et totalement déroutants pour nous en « meilleur souvenir » pour eux.

Esther Pardini
Campus de Paris