CLOSE
FIND A HILLSONG CHURCH NEAR YOU
GO
It looks like location services are turned off. Enable location services in your settings to use your current location, or type your address in the search bar.
Back to search
List view
Map
NEW VENUE
Gathering Online
Service Times and Information
Free Parking
Close To Public Transport
Wheelchair Accessible
Parents Room
VISIT CAMPUS WEBSITE

Jour 4 : Comment aimer dans une grande ville ? | Aime Ton Prochain

Apr 6 2017

Jour 4 : Comment aimer dans une grande ville ?

J’habite à Paris depuis plus de six ans – et la plupart des gens qui me connaissent savent que j’aime énormément cette ville. C’est une ville qui bouge ; une ville avec beaucoup de gens à voir et beaucoup de choses à faire. Même quand je pars à l’étranger, j’aime beaucoup les plages et la nature, mais très vite je ressens le besoin d’être là où il y a de la civilisation !

Cependant, un des reproches que j’entends souvent à propos de Paris — ou de n’importe quelle grande ville — est le côté parfois impersonnel des gens qui y habitent. On dit que les gens sont moins chaleureux et que l’attention portée aux autres semble inexistante. Et même si je sais que c’est une généralité qui ne représente pas toute la vérité, je pense que ce n’est quand même pas tout à fait faux.

Cela me fait penser à l’histoire de Jésus quand Il était à Béthesda. « Il y avait là un homme malade depuis trente-huit ans. Jésus le vit couché. Quand Il sut qu’il était là depuis si longtemps, Il lui demanda : Veux-tu être guéri ? » (Jean 5:5-6). Pendant trente-huit ans — trente-huit ans ! — l’homme se tenait près des portes de la ville sans que personne ne l’aide à se diriger vers la piscine où, comme l’histoire le veut, le premier venu quand l’eau était agitée pouvait être guéri.

Je lisais un article qui comparait la ville et la campagne. L’auteur expliquait que contrairement à ce que l’on peut s’imaginer, l’être humain s’intéresse authentiquement à son prochain, peu importe le milieu dans lequel il habite. Par contre, le problème en ville vient du fait que le sentiment de responsabilité est dilué par le nombre de gens qui nous entourent. Chacun pense que quelqu’un d’autre se chargera de la situation — donc au final, personne ne le fait. Mais au contraire, quand l’être humain se retrouve seul face à un besoin, il répond généralement au besoin sans hésiter.

Je réfléchissais à cela dans le contexte de ce que Pasteur Brian a partagé avec nous à Vision Sunday — YOU ARE THE ONE (ou “Tu es le un”, dans les mots de Gabriel Gimenez !). Habitant dans des villes où il est facile d’ignorer son prochain, prenons la responsabilité en tant qu’individus et en tant qu’église d’aimer authentiquement ceux qui nous entourent. Peut-être un bonjour au gardien de notre immeuble. Peut-être un sourire à la caissière du supermarché. Peut-être un merci au conducteur de bus. Peut-être une parole d’encouragement pour notre voisin.

Qui sait ce que Dieu peut faire dans la vie d’une personne quand nous choisissons d’être la différence dans nos villes et notre monde.

Jonathan Mercier
Pasteur de l’équipe créative Hillsong France